Pourquoi la cigarette pique et brûle la gorge ?

Débuter la vape n’est pas toujours une partie de plaisir, surtout lorsqu’on accumule toutes les mauvaises surprises dès les premiers jours. Tout vapoteur aura notamment connu cette sensation de brulé ou de picotement insupportable dans la gorge pour des raisons de calibrage de la puissance d’une e-cig ou d’un e-liquide mal dosé, pourtant il s’agit d’une expérience que l’on peut facilement prévenir. Aujourd’hui, vous allez donc découvrir les raisons pour lesquelles ces phénomènes se produisent quasi-systématiquement chez les novices et comment y échapper à partir de simples astuces et informations sur le fonctionnement normal d’une cigarette électronique.

UN DESAGREMENT RECURRENT CHEZ LES DEBUTANTS

La transition d’un fumeur vers la vapeur ou l’adoption d’une vapoteuse en général répond à un besoin d’expérimentation d’une alternative efficace et divertissante à la cigarette. Dans cette perspective, un fumeur habitué à la cigarette traditionnelle n’a aucun intérêt à se réfugier dans un appareil qui fait tousser à la moindre inspiration !

Par ailleurs, la grande majorité des vapoteurs qui ont quitté la cigarette électronique dès les premiers jours d’essai se sont confrontés à ce genre de situation déstabilisant, et notamment des vapeurs anormalement chaudes et des hits agressifs qui piquent la gorge. Cependant, cette marge s’est nettement rétrécie depuis que les kits-starters (matériels dédiés et pré-configurés pour alléger l’expérience du primo-vapoteur) ont émergé du marché.

Ceci étant, cela n’empêche que des problèmes de choix non contrôlés par les constructeurs exposent continuellement les débutants à des sensations de brûlure, aussi la connaissance basique de certaines notions et valeurs permettrait aux vapoteurs de trouver seuls leur configuration pour éviter les hits et picotements dérangeants.

LES PARAMETRES A MAITRISER POUR PREVENIR LES GOUTS DE BRULE

Une cigarette électronique est le fruit d’une recherche qui a perduré durant plus d’une décennie afin d’offrir une alternative efficace et divertissante à son utilisateur. Il est donc anormal qu’un tel appareil puisse vous faire mal à la gorge dès les premières utilisations.

Si tel est le cas, il faut savoir que la sensation de brulé et les autres brûlures ressenties dans la trachée sont inhérentes à des défauts de réglages de l’appareil, de sorte que la puissance de chauffe soit trop intense pour engendrer la combustion du liquide.

Avant de remettre en cause la fiabilité ou le concept même de votre cigarette électronique, pensez donc à vérifier les paramétrages de cette dernière en suivant ces quelques étapes…

REGLER LA PUISSANCE DE LA BATTERIE SUIVANT VOTRE PROFIL

L’une des premières erreurs d’un primo-vapoteur se traduit par un réglage de puissance trop élevé dans l’espoir de créer beaucoup de vapeurs et accessoirement beaucoup de nicotine. Si cette théorie est loin d’être erronée sur le plan technique, elle impacte également la qualité du rendu.

En profondeur, une vapeur est largement différente d’une fumée dans le sens où elle transporte non seulement de la nicotine (ce que rechercher le fumeur-vapoteur) mais aussi d’autres goûts et sensations comme le hit (sensation de picotement dans la gorge) ou la températureau fur et à mesure que la puissance augmente.

Pour faire simple, il faudra régler la valeur de cette puissance (en Watt) à la valeur optimisée pour votre profil en effectuant une expérimentation graduelle partant du plus bas niveau (exemple : 15 W à 40 W).

VERIFIER LE NIVEAU DE PUISSANCE SUIVANT LA VALEUR DE LA RESISTANCE

La chauffe agressive qui entraîne le goût de brûlé ou les gros picotements dans votre gorge n’est pas uniquement liée à la puissance. En effet, ce réglage fonctionne conjointement avec un autre élément qu’on appelle résistance. Il s’agit notamment du petit dispositif composé de fil et de mèche (souvent en coton) qui est censé recueillir la puissance de la batterie et de chauffer le liquide.

Pour cerner cette liaison entre les deux paramètres, il suffira d’assimiler une formule toute simple qu’est la loi d’ohm, traduite par l’équation U (potentiel)=R (résistance en ohm) x I (Puissance en W). Dans le langage des vapoteurs, cette formule indique que moins la résistance est élevée, plus les électrons qui traversent le circuit de chauffe  seront « compressés » entrainant la brulure de la mèche ou de l’e-liquide à un certain niveau.

Pour revenir dans le contexte du paramétrage électronique, essayez donc de régler le niveau de votre puissance électrique (en W) suivant la fourchette indiquée par la résistance pour que celle-ci ne soit pas exposée à un flux d’électricité intense.

D’autre part, certaines résistances dites « sub-ohm » (dont la valeur est inférieure à un ohm) sont destinées à faire ces grands nuages qui vous font tousser. Aussi, tous les primo-vapoteurs doivent essayer de s’écarter le plus loin possible de ces produits avant d’emmagasiner une certaine expérience.

CHOISIR UN E-LIQUIDE QUI NE PIQUE PAS LA GORGE

Outre le réglage électronique de votre appareil (s’il y en a), le caractère irritant ou piquant de votre vapeur peut également provenir de la qualité et de la configuration de votre e-liquide. Comme annoncé en amont, la vapeur est porteuse de saveurs et de sensations variées contrairement à la fumée d’une cigarette traditionnelle.

A partir de ses composantes, à savoir le propylène glycol (PG), la glycérine végétale (VG), les arômes et la nicotine, un e-liquide peut libérer plus de vapeurs, de hits (picotement), de saveurs et de nicotine suivant leur dosage.

Afin de prévenir les irritations et autres sensations de brulé, veillez donc à choisir un e-liquide adapté à votre profil. Pour ce faire, il suffit de maitriser quelques concepts tels que l’équilibre PG/VG. Le propylène glycol (PG) est le premier ingrédient de base d’un e-liquide dont la fonction est de distiller et d’accentuer les sensations de hits. La glycérine végétale (VG) quant à elle est responsable de la création de la vapeur grâce à sa consistance visqueuse.

Pour qu’un e-liquide soit moins expressif sur le rendu (en termes de chaleur et de hit) veillez donc à ce que la valeur du PG ne soit pas trop élevée et vice versa.

Notez cependant que la viscosité excessive de l’e-liquide par le VG est susceptible d’entraver la circulation de l’e-liquide vers la résistance, ce qui incite ce dernier à chauffer « à vide » pour créer ce qu’on appelle le dry-hit. Dans ce cas, il faut partir d’un bon équilibre du PG/VG suivant le type de matériel que vous utilisez. Enfin, procéder à un amorçage (imbiber manuellement la résistance en e-liquide) systématique de votre mèche lorsque vous utilisez une nouvelle résistance prévient des brûlures.

A partir de ces petites astuces concernant le réglage d’une cigarette électronique ainsi que le choix d’un e-liquide, vous êtes désormais apte à prévenir toutes les expériences désagréables liées aux rendus affects d’une vapeur. N’oubliez pas qu’une cigarette électronique est un dispositif qui s’apprivoise au fil du temps et à travers les expériences, aussi la confrontation aux petits désagréments constitue de bonnes leçons vers la maîtrise totale de l’appareil !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.