Pourquoi ma cigarette électronique siffle ?

Nos cigarettes électroniques produisent souvent des bruits bizarres au fur et à mesure qu’on les sollicite. Parmi les sonorités les plus courantes, on enregistre les crépitements, les claquements, les bruits de bulles, mais surtout les  sifflements. Si vous vous êtes déjà posé la question sur l’origine de ce petit bruit, sachez donc qu’il s’agit d’un phénomène normal pour la majorité des cas. Cependant, si son intensité tend à augmenter, cela peut également signaler un dysfonctionnement dans le système mécanique et électronique de la cigarette. Pour en savoir plus sur les sifflements des e-cigs et leurs interprétations, voici donc un petit guide qui ne manquera pas de répondre à vos inquiétudes.

UNE CIGARETTE ELECTRONQIUE QUI SIFFLE EST TOUT A FAIT NORMAL

Les détracteurs de l’industrie du vapotage profitent souvent des inquiétudes des primo-vapoteurs pour transmettre de faux avertissements concernant leurs caractères dangereux. A l’instar des e-Liquides supposés nocifs pour la santé, les différents bruits qui s’échappent du matériel sont également détournés comme des alertes de sorte que l’utilisateur éprouve une véritable crainte à l’idée d’adopter la Vape.

Parmi ces petites sonorités inhabituelles pour un nouvel utilisateur, le sifflement est fréquemment interprété comme une mise en demeure, ce qui n’est pas du tout le cas ! En terme simple, il s’agit d’une compression et une décompression d’air qui passe de l’airflow à l’embout buccal lorsque vous tirez votre vapeur. Dans cette perspective, la puissance de votre inhalation entraînera un bruit de sifflement plus ou moins perceptible suivant la force de tirage et l’ouverture de l’airflow.

Quel que soit le matériel utilisé, cette sonorité est donc similaire sur tous les modèles de cigarettes électroniques et doit être considérée comme un phénomène normal.

LE PHENOMENE DE COMPRESSION ET DE DECOMPRESSION

Composée de deux parties principales, la cigarette électronique dispose d’une batterie (partie basse) et d’un atomiseur (partie haute). La première est l’élément qui procure la puissance électrique pour chauffer l’e-liquide tandis que la seconde accumule cette puissance pour le vaporiser à partir d’une résistance.

Lorsque vous enclenchez le switch (le bouton qui lance la chauffe), la résistance qui est installée dans l’atomiseur chauffe par le biais de la puissance de la batterie pour vaporiser l’e-Liquide. À partir de là, il ne vous restera plus qu’à inspirer pour récupérer le nuage et les saveurs qui l’accompagnent.

Cependant, cette mécanique d’aspiration entraîne une décompression d’air qui passe à travers le corps de l’atomiseur composé d’une trappe d’air (ou airflow) jusqu’au drip tip. Ce système peut être comparé à un tuyau dans lequel vous soufflez ou aspirez.

Système d’Airflow

 

Si vous bouchez partiellement l’autre extrémité, vous laissez entrer ou échapper un peu d’air, suivi d’un sifflement inhérent à la décompression. En physique, cela s’interprète comme un son aigu qui est produit par un flux d’air constant sur l’ouverture d’une petite cavité résonante qui crée des ondes stationnaires harmoniques, un phénomène que tout le monde connaît comme le sifflement !

Il en est de même pour l’airflow et le drip tip ! Plus vous fermerez le réglage, l’aspiration engendrera un sifflement suivant la puissance de la décompression.

ET SI LE SIFFLEMENT NE PROVIENT PAS DE L’ATOMISEUR ?

En dehors de la mécanique d’aspiration exécutée par le vapoteur sur l’embout de l’atomiseur ou du clearomiseur, un sifflement situé sur l’autre partie de la cigarette électronique, à savoir la batterie annonce un dysfonctionnement.

Notons que les accumulateurs des cigarettes électroniques sont composés d’éléments chimiques comme le Lithium pour créer la différence de potentiel aux bornes. Lorsque ces batteries se chargent ou se déchargent trop rapidement, l’acide qu’elles recèlent peut bouillir et laisser échapper des gaz compressés qui produisent ce petit son aigu de sifflement.

Dans cette perspective, il est conseillé de vérifier l’état général du circuit pour calibrer cette puissance de charge ou de décharge afin d’optimiser le fonctionnement de la batterie. Pour ce faire,  contrôlez en amont l’étalonnage de la puissance et de la résistance.


Dans un premier temps, évitez de régler la puissance de sortie au maximum (pour les mods électroniques avec wattage réglable) afin d’alléger le travail de la batterie. Aussi, respectez les indications inscrites sur les résistances (ex : résistance 0,5 ohm exploitable entre 15 et 30 W) en vue d’épargner la batterie d’une décharge outrancière qui risque de le faire chauffer et siffler.

Dans un second temps, utilisez uniquement des batteries réglementées pour prévenir les accidents comme les brûlures ou les explosions. Il est assez fréquent qu’une résistance en sub-ohm (dont la valeur électrique est inférieure à 1 ohm) incite la batterie à appliquer une sur-décharge qu’il ne supporte pas. Pour revenir à notre petite leçon de physique, notez qu’une source d’énergie électrique applique une puissance de décharge relative la valeur de la résistance (qu’on appelle aussi loi d’ohm). Plus la résistance est faible, plus la puissance est grande et vice-versa, et dans le cas où votre batterie ne dispose pas d’une protection contre cette débauche de puissance incitée par la faible résistivité, il dépassera ce qu’on appelle la capacité de décharge maximale (ou CDM) et entraînera le sifflement voire l’explosion du matériel.

Au final, le sifflement d’une cigarette électronique ne doit pas être anxiogène à condition d’utiliser des pièces règlementées et agréées par les constructeurs. Si la puissance du sifflement s’intensifie alors que vous avez respecté toutes les consignes d’utilisation, rendez-vous dans un magasin de cigarettes électroniques pour régler le problème.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.