DLUO, DLC et DDM dépassées, peut-on consommer un e-Liquide ?

Durant ces dix dernières années, la réglementation et la normalisation des e-liquides ont connu quelques mises à jour de sorte à optimiser leurs utilisations. Parmi les nouveaux paramètres imposés par les autorités de régulation, on relève ainsi l’inscription des Dates Limites d’Utilisation Optimale qui vient remplacer la DDM ou (Date de durabilité minimale) ainsi que les DLC (Dates limites de consommation.

Si ces nouvelles inscriptions sont vouées à prévenir le vapoteur de la détérioration d’un e-Liquide, un bon nombre d’utilisateurs peinent à déchiffrer leur véritable définition, de sorte à hésiter à utiliser le produit lorsque les DLUO et les DDM sont dépassées. Si vous vous êtes déjà demandé s’il est encore possible de consommer un e-Liquide après l’échéance d’une date inscrite sur le flacon d’un e-Liquide, voici donc quelques explications qui vous permettront de déceler les fonctions de chacune d’elles.

LES DIFFERENTS TYPES DE DATES SUR LES E-LIQUIDES

Lorsqu’un e-Liquide est réglementé et qu’il suit à la lettre les consignes imposées par les autorités de normalisation telles que la TPD (loi sur les produits du tabac) ou encore l’AFNOR (Association française de normalisation), nous devrions y découvrir quelques inscriptions primordiales sur l’étiquette du produit dont : les ingrédients, le dosage PG/VG (Propylène glycol et Glycérine végétale), le dosage de nicotine par mL, les autres additifs et enfin les différentes dates d’utilisation.

Ces dernières portent pourtant à confusion lorsque le constructeur affiche plusieurs dates à la fois. Dans la majorité des cas, on retrouve essentiellement la DLUO (ex DDM) et la DLC, qui indique chacune des échéances différentes avec des sens différents.

QU’EST-CE QUE LA DLUO ?

La DLUO ou Date Limite d’Utilisation Optimale du e-Liquide est une inscription qui indique la période « optimale » pour consommer l’e-Liquide. A partir de cette définition, il faut ainsi écarter les notions de péremption et d’intoxication.

Pour répondre à la question que tout le monde se pose, vous pourrez donc continuer à consommer un e-liquide même si sa DLUO est dépassée pour la simple raison qu’il s’agit d’une échéance à partir de laquelle le goût et la puissance des arômes se détérioreront chroniquement sans risque d’intoxication. Dans la pratique, cela est perçu comme une perte de saveur dans le e-Liquide ou encore un affaiblissement des hits (picotement dans la gorge).

Il faut rappeler que la DLUO n’est qu’une inscription à titre informatif et non préventif. D’ailleurs, il s’agit d’une date déjà connue des anciens vapoteurs (ceux d’il y a cinq ou six ans) sous le nom de DDM (date de durabilité minimale). A cet effet, l’expiration proche de la DLUO ne doit pas alerter le vapoteur quel que soit le type de liquide utilisé.

La maîtrise de cette définition est primordiale dans le sens où certains vendeurs de e-Liquides proposent des offres promotionnelles ou un déstockage de jus dont la DLUO est dépassée ou courte. Dans ce cas, les lots de solutions liquides coûtent largement moins chers, ce qui ne manque pas de mettre en garde certains vapoteurs. Sachez donc que le dépassement d’une DLUO n’est pas synonyme de péremption et qu’on peut profiter de ces ventes en rabais à condition que leur DLC ne soit pas trop proche.

QU’EST-CE QUE LA DLC ?

La DLC ou Date Limite de Consommation est le véritable repère d’expiration d’un e-Liquide. Comme son nom l’indique, cette date révèle le jour, le mois et l’année de la péremption de la solution. A partir de cette date, il ne sera plus possible d’utiliser le produit même si vous ne l’aviez jamais ouvert.

Généralement, la fourchette de consommation d’un e-Liquide va de deux à trois ans à condition de bien conserver la solution (mettre à l’abri de la chaleur et de l’humidité). Dans cette perspective, la date qui sépare la DLUO et la DLC peut aller de 6 à 12 mois, ce qui offre une marge assez conséquente pour le consommateur.

Si vous aspirez à acheter un e-liquide moins cher avec une DLUO dépassée, prenez donc en compte le temps qu’il vous reste avant d’atteindre la DLC. Pour notre part, nous conseillons aux primo-vapoteurs d’éviter de se procurer ce genre de produit pour deux raisons :

D’une part, la différence de qualité des arômes est fortement perceptible et risque de décevoir les papilles malgré son faible prix. En effet, un débutant dans la vape se réfère systématiquement aux saveurs annoncées sur le flacon ainsi que les sensations procurées par le PG/VG et la nicotine. Cependant, l’échéance du DLUO rend ces goûts et saveurs transparents au fur et à mesure que la date de consommation optimale s’éloigne.

D’autre part, l’investissement dans les lots d’e-Liquides avec la DLUO dépassée est risqué si l’échéance due la DLC est trop proche. En l’occurrence, le vapoteur devra connaître son rythme de consommation de e-liquide par jour et d’assurer la bonne utilisation de ces produits pour ne pas se retrouver avec un stock périmé en seulement quelques semaines.

Au final, le dépassement de la DLUO n’est qu’une information qui indique la perte de qualité de votre e-Liquide sans qu’il ne devienne nocif pour la santé. A partir de là, vous pourrez jouir encore de quelques mois/semaines de vapotage avant que le produit ne soit complètement périmé.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.